top of page

Vous comptez pour votre partenaire… et c’est là le problème

Dernière mise à jour : 24 mai 2022

Lorsque les couples se disputent, la dernière chose qu’ils ressentent c’est à quel point ils sont importants pour l’autre. Au contraire, ils se sentent comme des ennemis, des colocataires ou pire encore, comme des étrangers. Lorsque je dis aux couples que la raison derrière leurs problèmes relationnels vient du fait qu’ils comptent beaucoup l’un pour l’autre, je reçois souvent des regards interrogateurs.



John et Linda sont assis dans mon bureau et me disent qu'ils se disputent sans cesse au sujet du temps que passe John dans sa "tanière" à jouer à des jeux vidéo et à regarder du sport. Linda roule des yeux et dit que les "vrais hommes" ne pratiquent pas ces activités dépourvues de sens. John rétorque que l'obsession de Linda pour le yoga n'a rien de bien révolutionnaire. Linda se met à pleurer et John pousse un grand soupir en fixant le sol.

John et Linda ne sont dans mon bureau que depuis 5 minutes, mais déjà, ils m’ont partagé suffisamment pour que je sache à quel point ils sont importants l’un pour l’autre.


Dans leurs disputes empreintes de colère et de reproches se dessine un sous-texte de douleur et de déconnexion, ainsi qu'un désir ardent d'être aimé, désiré et accepté. À l’aide de la thérapie centrée sur l’émotion (TCÉ/EFT), une thérapie de couple fondée sur des données probantes et fondée par la Dre Sue Johnson, j’aide les couples à voir à travers le brouillard de leur détresse et à identifier les véritables raisons derrière leurs disputes.


Après quelques séances de TCÉ/EFT, Linda partage que lorsque John joue à des jeux vidéo, elle se sent sans importance et comme s’il ne voulait pas passer de temps avec elle. Elle explique qu’elle se sent invisible et que la seule façon d’attirer son attention est en se mettant en colère et se plaignant. John semble confus et dit qu’avec Linda toujours « sur son cas », il a l’impression d’être une énorme déception pour elle, et se demande pourquoi elle voudrait passer du temps avec quelqu’un qui la rebute autant.


Il ajoute qu’en restant loin de Linda, il peut éviter de nouvelles disputes. Linda se plaint et blâme comme un moyen de protester contre la déconnexion entre elle et John. Elle souhaite une réaction de la part de John, car toute réaction, aussi négative soit-elle, est préférable à l’absence de réaction. John se retire et se replie sur lui-même afin de protéger la relation de tout dommage supplémentaire.


Lorsque les partenaires reconnaissent que les disputes et la distanciation sont des tentatives de préserver la relation, ils peuvent cesser de se voir comme l’ennemi et commencer à comprendre à quel point ils comptent l’un pour l’autre. Linda prend la main de John et dit qu’elle n’avait pas réalisé que ses reproches lui donnaient l’impression d’être une déception. Le corps de John se détend visiblement. Il confie à Linda qu’il est triste qu’elle se soit sentie invisible.


En transcendant leur colère et en partageant leurs sentiments plus tendres, John et Linda ont trouvé un moyen de se connecter.


En tant que thérapeute TCÉ/EFT, l'une des principales activités que je pratique consiste à encourager les partenaires à parler avec leur cœur lorsqu'ils se sentent déconnectés l'un de l'autre.

Souvent, lorsque nous nous sentons blessés par notre partenaire, nous répondons de manière à les faire fuir. Lorsque nous attaquons ou nous renfermons, notre partenaire se sent menacé et ne peut pas voir que la raison pour laquelle nous sommes si contrariés est qu'il compte beaucoup pour nous.


Nous sommes plus sensibles envers nos partenaires que nous ne le réalisions ou ne voulions l'admettre. Ce qu'il dit ou ne dit pas peut nous faire chavirer. Un soupir d'exaspération, un regard distrait ou un ton un peu plus haut que d'habitude peuvent créer un froid sur un moment autrement paisible.


Et ce n'est pas grave. Dans une relation, il arrive que l'on commette des erreurs et que l'on se blesse. Nous sommes humains et imparfaits et la déconnexion est inévitable. Ce qui importe, c'est la façon dont nous réagissons lorsque la déconnexion se produit.


Avons-nous tendance à blâmer ou à nous désengager? Ou avons-nous plutôt tendance à nous tourner vers notre partenaire et à partager avec notre cœur, afin qu’il sache que nous sommes bouleversés parce qu’il est la personne la plus importante de notre vie. C'est risqué et vulnérable de laisser nos partenaires voir à quel point nous avons besoin d'eux.


Mais c'est une invitation à se connecter. Et ce genre d'invitation est très difficile à décliner.



274 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page